Découverte La guerre

vue du château du Haut Koenigsbourg (photo l'Alsace)Le site
Frédéric le Borgne a choisi le Staufenberg pour y édifier son château parce qu'il domine la plaine d'Alsace. Il culmine à 757 mètres d'altitude. Une pente abrupte rendait l'accès difficile, surtout pour des soldats lourdement armés et traînant de l'artillerie. De plus, le château a été bâti sur un éperon rocheux qui a donné une assise solide à la construction et qui empêchait le travail de sape. Du haut du donjon, on pouvait surveiller tout mouvement dans la plaine mais aussi dans le val de Villé et le val de Lièpvre.



La défense

En cas de siège, le but des assaillants était de prendre le château, le plus rapidement possible. Au défenseur, de résister longtemps, en ralentissant la progression de ses ennemis. Les murs étaient la principale défense. Epais en moyenne d'un mètre cinquante, ils peuvent atteindre 4 à 8 mètres pour le grand bastion qui devait résister aux tirs d'artillerie. Les portes, elles, pouvaient être doublées d'une herse (comme celle de la Porte principale) ou d'un pont-levis (Porte des lions).



une archère
Dès que les assaillants avaient pénétré dans le château, il fallait ralentir leur progression. Tous les moyens étaient bon : - la rampe d'accès vers la Basse cour protégée par les meurtrières - les escaliers aux marches irrégulières - les escaliers étroits en colimaçon - les nombreuses portes - les portes basses Et plus on s'approchait du cœur du château plus l'avancé était rendue difficile.



Une archère

De plus, les défenseurs avaient percé les murs du château de petites ouvertures. Par ces meurtrières (ou archères) les soldats pouvaient tirer à l'arc ou à l'arbalète. Plus tard sont percés des trous ronds ou ovales afin de pouvoir tirer avec une arquebuse ou un fauconneau (petit canon). Plus on approchait du logis du seigneur et plus ces défenses étaient nombreuses : archères, bretèches, mâchicoulis. Dans les plafonds des escaliers qui mènent à la Haute cour, des trous (les assommoirs) permettaient aux défenseurs d'assommer les attaquants.


Une archère


L'armement

Armure de chevalier
Au Moyen Age, il y avait en gros deux types de soldat : le chevalier qui combattait à cheval et le piéton. Le chevalier était un noble, formé à l'art de la guerre, il était le principal guerrier. Il se devait de posséder une monture, une armure et de l'armement ce qui était très cher. Pendant les combats, son corps était protégé par une armure faite de plaques de métal (elles ont remplacé la cotte de mailles). Ses armes étaient souvent l'épée, la lance et la massue.


une armure de chevalN'ayant pas de cheval, le piéton emportait peu d'objets au combat. De plus, le coût élevé de l'armement le rendait peu accessible pour lui. Il disposait d'armes de contact comme la hallebarde ou l'étoile du matin. La hallebarde lui permettait de désarçonner un cavalier (avec son crochet) puis de le blesser (avec la pointe ou la hache). L'étoile du matin, elle, servait à déformer les armures.


Mais le piéton pouvait également utiliser des armes de jet comme l'arc, l'arbalète ou plus tard l'arquebuse.


Des armes dessinées par les enfants
L'héraldique

Pendant les batailles, les soldats ne pouvaient pas reconnaître les hommes de leur camp. Pour pallier ce problème, les chevaliers créèrent l'héraldique : à l'origine des couleurs pour différencier leurs vêtements, bientôt complétées par un symbole.

Un soldat portait sur ses vêtements ou son écu les couleurs de son seigneur. Pour créer son blason, un seigneur pouvait utiliser huit couleurs : blanc, jaune, noir, bleu, rouge, vert, pourpre et orange). Il pouvait également ajouter un animal, une forme géométrique ou un élément de décor. Le blason devait être suffisamment clair pour être reconnu sans doute possible. Vous pouvez admirer aux château les symboles héraldiques des nombreuses familles qui se sont succédées au Haut Koenigsbourg ainsi que ceux de familles illustres.
blason Greve Van Elsoeten          blason Von Hohenstein          blason Von Westernach

HAUT

Les auteurs de ce chapitre :
Ugur - Deniz - Michael - Ibrahim - Baptiste - Loic - Jérémy - Jonathan - Jean François